Nous sommes restés des Hommes – Mes combats 1933-1945

En 1940, enchaîné, il connaîtra les prisons du Nord, de la Somme, de Normandie et de Bretagne

En 1940, enchaîné, il connaîtra les prisons du Nord, de la Somme, de Normandie et de Bretagne.

Écouter un témoin fait de vous un témoin.

Élie Wiesel

Jean-Marie Fossier, jeune intellectuel, s’est engagé très tôt contre l’extrême droite française, il fut l’un des animateurs du Comité Amsterdam-Pleyel et poursuivra son combat dans les Brigades Internationales.

En 1940, enchaîné, il connaîtra les prisons du Nord, de la Somme, de Normandie et de

Bretagne. À peine évadé, il reconstitue le Parti communiste interdit. Clandestin en Belgique, dans le Dunkerquois, Jean-Marie sera arrêté en mai 1942, jugé par la section spéciale.

Emprisonné à Cuincy, à Loos, il sera aussi déporté à Huy, Sachsenhausen et Buchenwald. Pendant 35 mois, il résistera dans les geôles nazies. Jean-Marie Fossier commandera l’un des bataillons de déportés qui libérera Buchenwald.

Après la publication d’un ouvrage de référence : «Zone Interdite» sur l’occupation et la terreur nazie dans le Nord / Pas-de-Calais, voici les mémoires des luttes  antifascistes de Jean-Marie Fossier. Elles ont été retranscrites à partir d’interviews, de témoignages, et de recherches par Jean-Paul Fossier et Beppy Welche-Fossier, ses enfants.

Droit dans les yeux, il combattit la bête immonde.

Il confiera : « Aujourd’hui, tout en restant fortement attaché, j’allais dire entravé à ce que fut cette existence, je ne parviens pas, je ne parviendrai jamais à l’exprimer totalement.»

Inlassablement, il témoignera, jusqu’au bout de ses forces. Les textes et illustrations apportent le témoignage d’un homme profondément engagé, prêt à sacrifier sa vie pour que la bête immonde soit terrassée. Témoignage aussi de sa volonté pugnace de reconstituer

une organisation clandestine, de développer des activités culturelles dans les prisons et les camps de concentration et de maintenir la flamme de Résistance jusqu’aux limites de l’Humanité. Dans ses combats, il côtoya de très nombreux militants et patriotes, de la France entière, mais aussi Allemands, Belges,… Il les évoque, ici, avec chaleur, voulant, ainsi soixante-dix ans après, les mettre enfin en lumière.

Face à l’extrême droite et au nazisme, rien de pire que le silence et l’oubli…

Cet ouvrage s’inscrit pleinement dans le concours de la Résistance ouvert aux élèves des lycées et collèges, dont le thème est pour l’année 2011- 2012 : la Résistance dans les prisons et les lieux de déportation.

Jean-Marie FOSSIER
ISBN : 978 – 2 – 914670 – 56 – 7
PRIX : 28.00 €
Publicités