Célestin Leduc : ce métallo qui ne lâchait rien !

— On embauche ?
— Bien sûr, y’a du boulot. Qui êtes-vous ?
— Célestin Leduc de Dechy.
— Ah non, pour vous, pas de travail !

Ma grand-mère Émilienne parlait peu de son Papa, mais elle ne refusait jamais de répondre à mes questions. Elle eut un jour cette confession terrible: « Je n’ai été heureuse qu’avant la guerre ». Tout est dit.

L’amour d’une fille pour son père qu’elle jugeait sévère mais juste et bon. Celui qui lui mettait une pièce dans la main en cachette pour aller à la Ducasse.

Car Célestin n’avait qu’un visage.

Avec sa famille comme dans ses combats de militant, il rêvait d’une vie meilleure pour les autres et pour les siens.

Il serait, je pense, surpris que plus de soixante-dix ans après sa mort, nous honorions toujours sa mémoire.

Mais ce n’est pas un hasard, c’est un juste retour des choses. Pas de fausse modestie : Célestin aurait encore bien des valeurs à transmettre aujourd’hui, bien des combats à mener, lui le petit ouvrier rempli d’humanité qui sacrifia sa vie à ses idéaux.
Que ses Camarades et lui nous remettent dans le droit chemin, en ce vingt-et-unième siècle guidé par l’intérêt, le profit et les apparences. Montrons-nous dignes d’eux !

Annabel Derveaux,
arrière-petite- fille de Célestin Leduc

Pierre OUTTERYCK
ISBN : 978-291-467-0760
Prix : 6€

Cliquez ici pour télécharger le bon de commande !

Publicités