3. La fraternité à l’épreuve de la déportation

Troisième ouvrage de la collection L’Existence à l’épreuveLe Fraternité à l’épreuve de la déportation. En couverture : Bertrand Herz, ancien déporté de Buchenwald, président du comité international Buchenwald-Dora et Kommandos, recevant un bouquet de fleurs des mains du maire de Weimar le faisant citoyen d’honneur de cette ville le 10 avril 2010.

L’expérience concentrationnaire visait à amenuiser la volonté et le corps de ceux qui devaient soit périr, soit devenir petit à petit des Untermenschen (des sous-hommes) et s’en laisser convaincre, abandonnant par là tout ce qui les constituait : leur personnalité, leur singularité, leur particularisme. Cette machine à broyer engendra de très lourdes pertes humaines, mais aussi de très lourds traumatismes et la question que l’on ne cesse de poser est la suivante : comment des personnes, des jeunes, moins jeunes, enfants, vieillards ont-ils pu trouver la force suffisante pour survivre ensemble dans les camps de concentration ?

Cette question nous a amené à interroger le sens qu’a pu revêtir la fraternité. Qu’elle soit une fraternité familiale, de nationalité, d’engagements, de religion, elle seule a permis aux déportés de se soutenir mutuellement et d’avoir la capacité de résister dans les camps.

En quoi a donc consisté cette fraternité ? De quoi est-elle faite ? Comment parler du lien qui unit les hommes quand ils doivent survivre ensemble ? Quelles sont les histoires qui ont ponctué ce vivre ensemble du camp ? La fraternité est-elle synonyme de solidarité ? Est-elle synonyme d’amitié ? C’est précisément ce solide ancrage qui a poussé certains déportés à imaginer la construction européenne.

Cathy LEBLANC
ISBN : 978-291-467-0852
Prix : 24,50€
Publicités