Jean-Pierre Timbaud, Métallo & Résistant

Un métallo défenseur de la classe ouvrière...

Un métallo défenseur de la classe ouvrière…

Le 22 octobre 1941… Un mercredi ensoleillé…
C’est jour de marché à Châteaubriant. La Sablière, à quelques kilomètres du camp d’internement de Châteaubriant. Trois camions, neuf poteaux plantés tous les cinq mètres… Trois salves…

En quinze minutes, le crime atroce a été commis. À 16 h 10, vingt-sept camarades viennent d’être exécutés par les nazis. Parmi eux, Jean-Pierre Timbaud, 37 ans depuis le 20 septembre et le jeune Guy Môquet… Leur crime ? Résister !
Jean-Pierre Timbaud est né le 20 septembre 1904 en Dordogne. Toute sa vie sera axée sur les combats de justice, d’équité, de fraternité et de solidarité. Ses engagements sont très vite connus et reconnus : Jean-Pierre est communiste et syndicaliste. Il devient le secrétaire du Syndicat des métallurgistes parisiens.
Il dirige les grandes grèves des années 30, précédant le Front Populaire dont il sera un ardent défenseur. Homme de conviction, Jean-Pierre ira en Espagne apporter l’aide aux Républicains espagnols menacés par Franco. La seconde guerre mondiale éclate, Jean-Pierre rejoint son régiment. Démobilisé, il regagne Paris et entre aussitôt dans la Résistance clandestine.
Jean-Pierre Timbaud est arrêté en octobre 1940. Il sera interné dans différents camps et prisons. Châteaubriant sera le dernier camp. Malgré les longs mois d’internement, Jean-Pierre Toute sa vie fut ancrée dans le combat de classe. Face à la mitraille, Jean-Pierre eut un dernier cri d’espoir : « Vive le parti communiste allemand ! »

Pierre OUTTERYCK
ISBN : 978-2-914670-72-2
Prix : 14€
Publicités